LA FRANCE TUE LE RÊVE DE MILLIONS D’AFRICAINS

By Franck Felix Gutenberg, US Africa News. Updated 2016-05-10

icons
LA FRANCE TUE LE RÊVE DE MILLIONS D’AFRICAINS
Muammar Kadhafi et Sarkozy

L’éliminer avant de perdre le contrôle total de l’Afrique à partir de 2014 voici toute la raison qui guida la France et leurs alliés dans leur campagne contre Kadhafi.

 

Fond monétaire et monnaie africaine, banque centrale africaine, télécommunications, transports, États-Unis d’Afrique… Muammar Kadhafi avait ingénieusement tout planifié, se fixant comme délai l’année 2014 pour la création de la banque centrale, le fond monétaire et bien d’autres encore pour affranchir le continent noir après un demi-siècle d’indépendance aux allures de parole suivie d’aucun acte ou de « gouverner sans régner”. Après avoir émis l’idée en 2000 lors du sommet de l’Organisation de l’Unité Africaine(OUA) à Lomé de concrétiser le rêve de Kwame Nkrumah et de Cheikh Anta Diop, et obtenu la création de l’Union Africaine (UA) quelques années plus tard, le guide libyen pousse le bouchon plus loin.

 

Satellite africain et Afriqiya: Deux idées concrètes pour l’unité

 

Mouammar Kadhafi pousse ses pairs à acheter un satellite africain pour que l’Afrique ait son indépendance en matière de communication. Il préfinance cet achat avec plusieurs centaines de millions de dollars américains. « Il sait dépenser sans compter(…) ainsi pour acheter le satellite africain, il a mis trois cent millions de dollars sur la table » témoigne Moustapha Cissé, ancien ambassadeur du Sénégal en Libye et ex-conseiller spécial de l’ex-président sénégalais Abdiou Diouf en charge du monde arabo-islamique. Le Guide de la Jamahiriya Libyenne offrit ainsi RASCOM-QAF1, le premier satellite de télécommunications entièrement dédié au continent africain et ses îles. Il a été mis en orbite le 20 décembre 2007! Cela a été le premier lancement de l’histoire pour tous les pays africains. 

 

Kadhafi lance également la compagnie de transport aérien, Afriqiyah Airawyas, qui assure la liaison entre les capitales africaines et régions du continent. La compagnie offrait 4 vols réguliers entre Tripoli et Dakar, Abidjan et le Caire…etc. « Beaucoup de gens utilisaient la ligne Afriqiyah pour aller à Paris. Parce qu’on pouvait faire Dakar, Tripoli, Paris, et retour à 400 mille FCFA (615 Euros) » ajoute le diplomate sénégalais.  “Alors Tripoli était devenue une plateforme de communication entre l’Afrique, le monde arabe et l’Europe ».

 

La monnaie et la banque centrale africaine en 2014 

 

Khadafi avait proposé la mise en place d’une union monétaire africaine (UMA). Il avait dégagé 30 milliards (dollars) pour la création de l’UMA qui devrait avoir Yaoundé (Cameroun) pour siège. Il avait également prévue la création d’une banque centrale africaine (BCA), qui devrait installer son quartier général à Abuja, la capitale fédérale du Nigeria. Il était question que cette banque africaine commence à émettre une monnaie africaine à partir de 2014. “Ce qui ne plaît pas aux occidentaux parce que ça nous permettrait de nous passer du CFA et des autres monnaies qui ne font que briser nos economies” s’indigne M.Cissé

 

Un investisseur africain en Afrique

 

Khadafi avait une politique africaine très dynamique. Du Sénégal au Tchad, en passant par le la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Libéria, le Bénin, le Togo, le Nigéria, le Niger, le Mali, etc. Le guide Libyen a investi des milliards de dollars dans les secteurs agricoles, hydrocarbures, hôtellerie et tourisme, et dans l’équipement.  Au Mali, le plus petit investissement libyen est chiffré à 50 milliards (FCFA) dans l’industrie hôtelière. “Ces investissements libyens dans l’hôtellerie sont estimés à plus de 50 milliards de francs CFA” , a déclaré Oumar Balla Touré, directeur général de l’Office malien du tourisme. Plusieurs autres centaines de milliards ont été investis dans le secteur agricole. Pour les maliens Khadafi est “un homme qui s’est engagé pour la cause africaine” Le Conseil nationale de transition (CNT) est considéré au Mali comme un organe rebelle soutenu par la communauté internationale. Dès le début de la révolte à Benghazi, et l’entrée de l’aviation étrangère, des associations musulmanes et des partis politiques avaient organisé à Bamako des manifestations de soutien à Khadafi, dénonçant une “invasion occidentale”. 

 

Le guide libyen a, par railleurs, dégagé plusieurs milliards de dollars pour la création de banques sahélo-sahariennes au Sénégal, Mali, Niger, Mauritanie, Tchad, etc, et le rachat de plusieurs compagnies occidentales en Afrique pour réduire leur emprise sur les économies du continent. C’est par exemple le cas de Mobile Oil, du groupe américain Exxon Mobile, qui est devenu Oil Libya dans la majeure partie de la sous-région Ouest africaine. La Guinée-Conakry doit sa toute première chaîne de télévision à Mouammar Khadafi ; il la lui a offerte au nom du peuple Libyen comme présent au « peuple frère » de la Guinée en 1979. Il a également équipé l’armée guinéenne, de l’armement lourde aux uniformes des soldats pendant plusieurs décennies. Sans compter un appui financier gigantesque. «Et maintenant certains financiers disent que les investissements libyens dans la sous-région dépassent les investissements» fait remarquer l’ambassadeur Moustapha Cissé.

 

La France Tue Kadhafi!!! La Vraie Cause Enfin Révélée

 

Recemment Le département d’Etat américain a publié une nouvelle série de lettres de l’ex-chef de la diplomatie US Hillary Clinton concernant la rébellion libyenne de 2011. Ces nouveaux documents semblent jeter un peu plus de lumière sur les raisons ayant poussé les pays occidentaux, dont la France, à s’engager dans le conflit libyen aux côtés des anti-Kadhafi. Ainsi, une lettre reçue par Mme Clinton le 2 avril 2011 cite des données obtenues auprès de sources proches de la famille Kadhafi selon lesquelles le gouvernement libyen de l’époque disposait de 143 tonnes d’or et du même volume d’argent.

 

“Cet or a été accumulé avant le début de la rébellion en cours et était destiné à la mise en place d’une monnaie panafricaine basée sur le dinar or libyen qui devrait fournir aux pays africains francophones une alternative au franc français », indique l’auteur de la lettre caché sous le nom de « Sid ». Selon lui, le projet visant à instaurer une monnaie panafricaine a été découvert par le renseignement français « juste avant la rébellion » et figurait parmi les facteurs ayant poussé la France, dirigée à l’époque par Nicolas Sarkozy, à prendre part à l’opération libyenne.

 

L’interlocuteur de Mme Clinton ajoute que la décision de M.Sarkozy s’expliquait par plusieurs raisons, dont la volonté d’accroître la part française dans la production pétrolière libyenne et de renforcer l’influence de Paris en Afrique du Nord. Dans le même temps, le leader de la République cherchait à “améliorer sa popularité en France” ainsi qu’à donner à l’armée française une occasion de « réaffirmer sa position dans le monde ». La rébellion libyenne de 2011, soutenue par l’Otan, a débouché sur le renversement du régime de Mouammar Kadhafi qui gouvernait le pays depuis 1969. Depuis sa chute, deux gouvernements rivaux, l’un dans l’Est reconnu par la communauté internationale et l’autre siégeant à Tripoli, se disputent le pouvoir. Les groupes djihadistes, dont l’Etat islamique, ou Daech, ont profité du chaos qui règne en Libye pour s’implanter dans le pays.

 
 
icons

MORE TOP NEWS